SÉNÉGAULOISEMENT VOUS

Cette page vous est ouverte, racontez nous vos expériences, vos histoires, vos rencontres.

Risquons nous au partage pour s'enrichir les uns des autres.

Le billet de Francis; le portrait d'Augustin à NIANING

Il s’appelle.. Augustin……….

 

Si chez les Black Bulls de Nianing il faut noter une présence, c’est bien lui !

Sachez qu’il est présent depuis le départ, au fil des mois et des années (et elles commencent à se cumuler les années) il est toujours présent ! Son rôle l’initiation, les petites catégories ! ses moyens : ses papiers, ses notes !

Combien de jeunes aujourd’hui ? une trentaine environ de présent sur la cinquantaine d’inscrits ! Des filles et des garçons, 10 filles et c’est super !

Il faut savoir que dans les petites catégories les rencontres sont mixtes et ce pour les 10-11 ans, 12-13 ans et 14-15 ans ! ! !

D’où viennent ces minots ? à creuser, ils viennent et sont « mordus au rugby » !

Nous n’avons rien à leur offrir à chaque entraînement, pas de goûter, pas de sucré, seulement de l’eau du robinet ! ! !

Notre espoir pour eux tous, c’est de pouvoir faire des matchs, rencontrer les autres écoles, les faire entrer en compétition, les faire jouer ! ! !

Nous avions organisé un tournoi des jeunes pépites avec repas et visite du domaine de Nianing 8 jours avant sa fermeture !

Nous avons amené les « plus méritants » visité la réserve de Bandia!

 

Notre souhait est de les faire jouer dans un mini championnat en fonction des catégories et même si c’est de l’informel leur faire avant tout plaisir car pour eux "la compèt "c’est autre chose.

 

Notre souhait serait de leur offrir un goûter à chaque entraînement, mais là en dehors des finances ça risque d’être compliqué ! ! !

 

Nous sommes à disposition, notre idée c’est simplement être dans une continuité de formation initiation telles qu’elles sont développées 3 fois par semaine par AUGUSTIN ! ! !

Le billet de Pablo; le portrait de Marie à NIANING

Elle s’appelle.. Marie……….

 

Je dois vous dire quelque chose…c’est quelque chose qui me concerne….mais …. Nous ne nous connaissons pas assez pour que je vous en parle…pas assez, pour le moment.

Nous venons à peine de nous rencontrer, vous et moi. Alors je vous le dirai plus tard! Lorsque le moment sera venu, vous serez en mesure de connaître mon secret…parce que c’est un secret en vérité…

Mais, pour que nous nous connaissions un peu mieux, je vais vous parler des autres…des autres ? Oui !! Des autres, donc, ni de vous, ni de moi, ….des Autres…

 Les Autres ? Qui sont-ils ?

Et bien, ce sont les autres….. L’épicier du coin, le type que vous avez rencontré ce matin et qui vous a salué sans même vous connaître ; c’est l’instituteur qui vous aura marqué……mais cela,  c’est banal, rien de plus banal….  Quoi ? Banal tout ceci ?

 Saviez vous que l’épicier du coin est un spécialiste de l’art Étrusque et qu’il passe une partie de ses nuits sur internet pour y découvrir les dernières photos de céramiques récemment mise à jour dans la région de « Reggio Calabre » en Italie ?

Saviez vous que le type qui vous a salué ce matin est un ancien opposant au régime des dictateurs en Grèce et qu’il a passé dix ans en prison pour défendre sa liberté d’opinion…

L’instituteur qui vous aura marqué et vous a fait aimer la poésie…et il en faut pour faire aimer la poésie aux enfants, et bien cet instit est parti après son divorce et s’est installé au Chili où il enseigne la poésie de Pablo Neruda aux adolescents chiliens …le saviez vous ?

Tout ceci vous ne le saviez pas……. l‘épicier…… le type qui dit bonjour poliment….. l’instit parti en Amérique du Sud …….. vous ne les connaissez plus …..vous êtes passé à côté d’eux….

Et bien, en dehors de l’actualité diffusée par vos médias préférés, en dehors du catastrophisme ambiant qui vous permet de supporter un quotidien souvent subi, en dehors des stars du petit écran, célèbres le temps d’une chanson, en dehors de tout cela ….il existe….des Gens…des GENS ……….qui ont quelque chose à dire , mais qui ne le disent pas, ou bien qui le disent à leur manière…je me rapproche un peu de vous et vous commencez à m’être sympathique. Je ne vous connais pas, mais on parlera ensemble, lorsque le temps sera venu. Nous avons le temps.

Je vais vous parler de ces gens là, de ceux qui ne parlent pas, de ceux qui font, mais sans le dire. Donc je vous présenterai ; à ma manière, des gens, de véritables gens comme vous, et moi, pas des gens sortis des romans, et à la vie parsemée d’exploits qui n’existent que sur les pages d’un livre ; NON, des gens que vous pouvez rencontrer et qui existent réellement et vivent au présent.

 

Mon premier personnage s’appelle Marie. Marie est le plus beau prénom du monde, pour moi bien sûr….voyez comme nous sommes différents, pourtant vous le verrez c’est cette différence qui nous rapproche, mais……… revenons à Marie. J’écris ces lignes sans lui avoir demandé si elle acceptait que je parle d’elle, je le ferai plus tard…….voyez comme nous sommes semblables, vous aussi faites parfois des choses qui ne sont pas préalablement acceptées….nous sommes semblables et si différents à la fois !!!!

 Oui, comme Marie, elle est si différente et nous ressemble pourtant …..

Alors Marie ? Un personnage, une personnalité ………avec sa force mais aussi sa fragilité. Vous ne verrez pas sa fragilité, elle la cache sous sa force et c’est sa force qui vous impressionnera au tout début et sa sensibilité qui vous touchera quand vous la connaîtrez mieux.

Qui est Marie ? Une jeune femme sénégalaise, la bonne trentaine, elle habite Nianing.

Nianing est un petit village de pêcheurs Serrers. Les Serrers venus de la lointaine Egypte sont fiers et fidèles. Et Marie est fière et fidèle. Sa fierté vous la remarquerez lorsqu’elle marche..le pas est rapide, la tête haute et la démarche sportive, je me souviens  qu’elle s’est même essayée au rugby, mais une blessure a eu raison de son enthousiasme.

Mais ……… où va Marie de façon aussi décidée ?   ……….suivez là ……mais pas longtemps parce qu’elle vous essoufflera …….

J’ai décidé de ralentir le pas parce que je sais où elle va, ne courrons plus, ……. Et retournons trois ans en arrière…….

C’était il y a trois ans……..je me trouvais à Nianing  au milieu d’invités assis sous une tente avec des personnalités du coin lors de la pose de la première pierre de la future église et de son nouveau stade. Il faisait très chaud et comme d’habitude en Afrique il y avait un retard considérable   dans le déroulement des manifestations……….franchement je ne vous souhaite pas de subir pareil supplice.

…..Toutes les Associations sportives et culturelles réalisaient à tour de rôle des démonstrations de leur sport ou activité, qui .de la lutte avec le champion local Auguste, qui………. du judo, qui ……..du Karaté ….

Puis Marie est arrivée avec ses enfants, elle en a plus de cinquante !!!  plus de cinquante enfants !!!! Qui constituent le chœur de la Petite Chorale de Nianing. Vous l’avez compris Marie dirige cette chorale, nous reviendrons sur la façon dont elle dirige ……….

Mais revenons encore dix jours avant ce jour de fête, donc environ, trois ans et dix jours …..

Je suis chez moi et Marie vient rendre visite à son copain d’enfance Coly. Une longue complicité et une belle amitié les lie. Je dois même dire, une très belle amitié pure et sincère. Mais ce qui est étrange c’est que, dès qu’ils se voient, ils se lancent les plus graves insultes que j’aie entendues. Je ne peux décemment les reproduire mais sachez que ce cérémonial dure quelques minutes sous la forme d’échanges de gros mots mais ces gros mots  sont en fait la manifestation d’une grande tendresse et d’une grande amitié. C’est ainsi, la plaisanterie dure deux minutes et après tout redevient normal. Jusqu’à leur prochaine rencontre où pendant deux minutes ils se diront des mots d’une rare grossièreté…….

Donc après les insultes, les civilités comme il se doit en Afrique en prenant des nouvelles des parents  << et ta maman elle va bien, et ton papa, et ta sœur aînée elle est toujours à Dakar ?…puis en on vient, à, ce qui pour eux, est accessoire, c’est-à-dire, eux …..

J’étais sur mon ordi et j’ai profité de la venue de Marie pour lui faire entendre un enregistrement de UKUTHULA, interprété par une chorale Sud africaine. Puisque on va se connaitre de mieux en mieux, vous devez savoir que j’adore les Chorales et que je suis amateur de Chœurs et Oratorio …..Nul n’est parfait…….. vous, non plus d’ailleurs……… vous n’êtes pas parfait. Je me permets ces familiarités parce qu’en vous écrivant vous devenez pour moi de plus en plus proche. Rassurez vous je ne ferai jamais comme Coly et Marie et ne vous insulterai jamais. Mais si on se connait mieux je vous dirai mon secret….

Donc, Marie écoute UKUTHULA et me dit <<  Pablo……….>> oui c’est vrai, je ne me suis pas présenté et m’appelle Pablo.

Donc << Pablo, trouves moi les paroles de ce morceau et je travaillerai dessus. >>

 C’est un chant Zoulou !! Comment trouver ces paroles ? Et où ? une semaine passe, Marie revient voir Paul, re-insultes, re témoignages de politesse puis d’amitié et je dis à Marie que je n’ai pas trouvé sur internet les paroles d’Ukutela. Elle prend son téléphone portable et copie la bande son d’  UKUTHULA  à partir de mon ordi.  Elle s’en va …

….et là nous revenons à l’inauguration de l’église et du stade et de l’arrivée de Marie et de ses enfants. Perdu dans la foule elle ne me voit pas. De sa façon caractéristique, telle une Kapo , elle met en place ses enfants , habillés pour la circonstance……et là , là, là , le choc..un choc émotionnel………. la Chorale de Nianing chante  UKUTHULA !!!

 J’ai pleuré sous l’émotion……..

En une semaine, Marie, qui ne connait pas le Zoulou, bien sûr, a pu faire chanter, sans partition, sans paroles un des plus beaux chœurs du monde à ses petits enfants de la Chorale de Nianing !!!!

Aujourd’hui, Ukutela est demandé par tout le monde, chanté dans toutes les églises par la Petite chorale de Nianing et je suis certain que Marie n’a  jamais eu, ni la partition, ni les paroles.

Il faut venir à Nianing, venez voir Marie et sa Chorale assistez à ses répétitions c’est un vrai spectacle et aidez Marie. Elle le mérite, sa foi est intacte et pure, Marie est magnifique de spontanéité et de générosité.

Sa direction est autoritaire, elle exige l’excellence et obtient l’excellence. Ne serait ce que pour Marie ……vous devez venir à Nianing voir sa petite chorale , ses répétitions et ses prestations dans les églises.

Attention……… Marie nous a semé, mais je sais où elle va, elle va à l’église….

Nous sommes arrivés à l’église de Nianing, entrons discrètement…… et installons nous. Une guitare et un djembé tentent de s’accorder, Marie, ombre chinoise se détachant d’une porte, donnant sur l’Océan tout proche, gesticule , fait établir le silence , lève ses deux bras pendulaires, ouvre ses mains , capte l’attention des petits chanteurs comme hypnotisés par cette présence ,puis  les deux bras s’abaissent en tempo et la magie s’opère, des voix venues d’ailleurs s’élèvent dans la petite église , un frisson  traverse nos corps et nos âmes sont submergées par l’émotion , il nous faut retenir nos larmes, je n’y parviens pas……

Ecoutons UKUTHULA  et la Petite chorale de Nianing et taisons-nous ………

Voilà, mon premier personnage vous a été présenté. Au fil du temps, de mes envies, du temps qui m’appartient, du temps qui ne m’appartient pas, du temps africain, de votre temps…….. Nous nous rencontrerons de nouveau et je vous présenterai d’autres personnages, certains hauts en couleurs, d’autres discrets comme le souffle de l’alizé qui me parvient de l’Océan en cet instant d’émotion intense après avoir écouté le Chœur de la Petite Chorale de Nianing. Je dois… partir je ne veux pas que les enfants voient les larmes couler sur mon visage. Pourquoi pouvons-nous rire sans aucune discrétion alors que nous ne n’acceptons pas que l’on voit nos larmes ? Il s’agit pourtant dans les deux cas de l’expression d’une réaction à une émotion ….

Nous venons de faire connaissance….. Mais je ne peux encore vous parler de mon secret, je ne vous connais pas assez, pourtant je vous l’ai dit vous m’êtes sympathique, mais nous avons le temps  ….

Pablo

À plus tard les amis

 Le chant ZOULOU - UKUTHULA  ainsi que la Chorale de Nianing de Paul Corréa

Le portrait d'Amanda à SALY

Où la trouver ?  Sur la plage à Saly.

Entre la résidence « le récif » et la Mangrove, sur la plage directement sous son parasol de fortune. Amanda est allongée parmi ses multiples vêtements à vendre ou à troquer. Cette brave femme vient ici depuis 23 ans faire son commerce, avant, elle a passé 10 années sur une autre plage mais cela ne marchait plus.

Une de ces filles vient l’aider mais Amanda a neuf autres enfants dispersés dans tout le Sénégal.

« Mon mari était receveur à la poste »

Que propose Amanda ? Des vêtements de deuxième mains à vendre et elle fait la couture.

Et tout cela entre deux grignotages car Amanda aime les sucreries !!!

Pas toute jeune, un diabète handicapant l’empêche maintenant de venir tous les jours mais aussi car dit elle : il y a manque de touriste qu’elle constate tristement.

« Avant c’était festif la plage, on jouait, on dansait; ce n’est plus pareil !!!

Ils doivent revenir les touristes, revivre la TERANGA ensemble.

Je garde espoir, pour que les affaires reprennent … je garde espoir »

N’hésitez pas à faire votre shopping chez Amanda, vous y trouverez votre bonheur, à bon prix, une robe, un paréo, un bijou à votre goût et avec en prime son grand sourire.

Le portrait de Falou à SALY

Où le trouver ? Sur la plage à Saly.

Le roi des coquillages « Tout doit disparaître, je liquide tout »

Ce petit homme toujours avec ses lunettes noires est originaire de Mbaling, village au sud d’Mbour avant Warang. Pas par frime mais un souci à l’œil. Mais peut-être les deux, cela lui donne un style bien à lui.

Falou SENE a 3 frères et 2 sœurs. Il vient depuis 2008 sur la plage faire son job « d’antiquaire », proposer aux touristes divers articles souvenirs mais sa spécialité : ce sont les coquillages qu’il expose sur un tissu à même le sable. Une balade en mer avec lui, c’est possible aussi.

 

Ces coquillages bien triés, pas cassés, sont très beaux et facile à transporter dans vos bagages. Donc venez le rencontrer, il sera là aussi pour  bien vous guider  dans vos balades.

Sa gentillesse et sa disponibilité sont connus sur la plage, toujours prêt à rendre service. Son souhait : avoir une grande boutique pour exposer et vendre toutes sortes de coquillages

Nous citons « un haut lieu pour les collectionneurs, de toute beauté »

 

En ce moment Falou vend de magnifiques poules et pintades en fer forger.

Des rêves Falou ? « Oui énormément mais surtout arriver à  économiser environ 2 millions 400 000 fcfa et partir au Brésil ou en Argentine : c’est bien pour aller y travailler je pense»

Bonne idée Falou. Bonne chance!

En fait Falou souhaite avancer dans la vie pour lui et ses proches : des rêves à l’infini me dit-il !!!

Vous souhaitez le rencontrer :

00221 77 198 78 66

un petit mot pour l'encourager.

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

Formulaire reçu.